Anne-Laure Etienne | Unspoken Image 

En moins d’une trentaine d’années d’existence, Anne-Laure Etienne est parvenue à se constituer une mosaïque de vie(s) qui l’installe dans une catégorie de photographes / vidéastes d’exception. Son œuvre composite, immédiatement reconnaissable bien qu’en perpétuelle hybridation, est une représentation magistrale de son époque.

Naturellement, elle capte des ambiances qui transcendent les époques et les modes. Elle figure des textures, des matières, des teintes et des lumières avec la subtilité induite par son questionnement permanent sur le lien entre le fond et la forme. Dans son rapport à la nature et au corps humain, le genre n’a pas d’importance, dans tous les sens du terme.

Le langage peut rapidement atteindre ses limites quand il s’agit de décrire son travail.

Il était donc une fois : « Unspoken Image ».

C’est le nom de son projet, qu’ Anne-Laure a eu souvent tendance à mettre en avant plutôt que sa personne. Pourtant, raconter son histoire revient à aborder les thématiques et les choix de son œuvre photographique. Née et grandie dans les terres sauvages de l’Ardèche méridionale, son regard s’est aiguisé au contact de la nature que les activités humaines peinent à canaliser. Elle y a gardé son ancrage vital tout comme son sens du relief et son approche de la lumière naturelle. Mais les racines se plongent dans n’importe quelle terre pour l’artiste qui refuse la mise en conformité avec les standards de l’industrie culturelle. L’autodidacte a plié ses bagages pour acquérir de la théorie, de la technique et de solides références. Anne-Laure intègre l’école des métiers SEPR à Lyon pour obtenir son BAC pro photographie. Le cadre est trop étroit ; il lui faut l’élargir. Elle s’intéresse alors à d’autres horizons, au sens propre comme au figuré : le graphisme en Belgique (Liège, École Supérieure des Arts Saint Luc) puis l’architecture en Allemagne (Berlin).

Toutes les facettes de sa personnalité et de son histoire se retrouvent dans le développement de son portfolio personnel, qui est la base avancée de ses créations en lien avec le monde de la musique. Anne-Laure se fait notamment connaître avec une série d’autoportraits somptueux et déroutants : « Lost in the open air ». À la fois actrice / sujet et scénariste, elle y insuffle les éléments fondateurs qui vont irradier la plus grande partie de son œuvre transgenre : les liens ambiguës entre rêve et réalité, mouvement et immobilité, absence et présence, nature et culture…

Une autre série marquante, « Tissues and Bones », remporte d’ailleurs le 1er prix de Réponses Photo aux Rencontres d’Arles en 2020. Anne-Laure y approfondit son rapport aux corps et leurs enveloppes de peaux ou de tissus, elle continue de bouleverser les repères et les symboles avec un sens pop de la poésie.

Avec cette approche qui tient autant de la prise de vue que de la performance, elle interroge le rapport à l’espace, au corps et aux matières… À la place de l’humain dans son environnement. Avec une économie de moyens et un sens du do it yourself aiguisé par ses multiples expériences artistiques, elle frôle l’épure pour magnifier des projets complexes.

Transposée à l’univers du spectacle vivant, sa démarche prend une nouvelle dimension dans le mouvement de la musique et du jeu entre photo, vidéo et graphisme. Anne-Laure propose aux groupes une approche globale, elle sculpte leur identité visuelle avec la même minutie esthétique que pour son portfolio. Ses créations pour les photos promotionnelles, pochettes d’albums ou vidéos (clips ou captations live) marquent le parcours des groupes en osant une nouvelle direction graphique. On y retrouve en vrac et selon les formations des formes éthérées ou des couleurs pétantes, des jeux dans l’espace, des découpages et des collages, des mouvements et des éléments…

Naturellement, Anne-Laure trouve toujours une réelle cohérence avec l’esthétique musicale de son sujet, en osant parfois une touche de dérision qui rehausse un peu plus son tempérament pop eighties. Elle se plaît dans des univers à la fois vintage et subtilement excentriques…

Quelques uns des groupes ou artistes de scène passés par sa loupe : This Is The Kit (GB), Francois and the Atlas Mountain, Oscar les Vacances, Raoul Vignal, Mandy Lerouge, Rosemarie, An Eagle in Your Mind, Beryl B, Electric Mamba, Midnight Cassette, Trumpets of Consciousness, Claire Days… 

Amaury Rullière




Using Format